La pénurie d'enseignants se fait sentir

La qualité de l'enseignement dans les écoles bernoises est menacée. Il y a un manque de personnel enseignant qualifié. Les postes sont néanmoins pourvus, souvent avec des personnes sans formation adéquate. Les enseignants qualifiés et les directions d'école doivent compenser ce déclin progressif de la qualité. La charge de travail augmente, les conditions-cadres ne sont pas améliorées. C'est pourquoi Formation Berne recommande aux directions d'école d'annuler les cours si aucun enseignant qualifié n'est trouvé.

Des histoires courtes et vraies sur la pénurie d'enseignants

Partout dans le canton de Berne, il y a une pénurie d'enseignants qualifiés. Les directions d'école tentent de pourvoir les postes vacants avec beaucoup d'efforts. Souvent avec des personnes sans formation appropriée. Avec le collège d'enseignants, ils amortissent l'impact et assument des tâches supplémentaires. Sans compensation. Pour que l'école puisse encore fonctionner. Il y a quelques histoires à ce sujet. Les directions d'école nous en ont raconté quelques-unes. Reprises de manière fidèle, elles sont pour la plupart traduites de l'allemand :

"Je cherchais désespérément un remplaçant pour une semaine en 4H. Finalement, j'ai trouvé quelqu'un de Zurich, elle n'avait pas encore terminé sa formation. Mardi, elle avait deux heures de retard et aujourd'hui, elle a encore une demi-heure de retard. Maintenant, j'ai résilié l'engagement pour ce remplacement et je couvre le remplacement avec des étudiants qui font un stage chez nous".

"Dans une école rurale (de la 3ème à la 6ème année), une enseignante veut bénéficier de sa prime d'ancienneté (méritée) sous forme de jours de vacances (2 semaines). Le poste à pourvoir est annoncé. Une personne, qui se trouve en position d'attente pour participer à la formation initiale des enseignants, se présente. Nous avons confiance et elle maîtrise cette tâche exigeante. Mais que se serait-il passé si cette personne ne s'était pas présentée au dernier moment ?"

"Je dirige une école dans une région périphérique du canton de Berne. Depuis un certain temps, il nous est difficile de trouver des enseignants, car beaucoup préfèrent travailler plus près des villes. L'année scolaire dernière, j'ai voulu repourvoir un poste à durée indéterminée de maître de classe à l'école primaire. Après 2 mois de recherche, je n'ai pas reçu une seule candidature d'un enseignant suisse ! La seule demande que j'ai reçue provenait d'un professeur d'allemand. Je l'ai finalement engagé et heureusement, il fait un très bon travail et est motivé. Après cette expérience, je suis assez sceptique quant à l'avenir".

"Un poste dans une classe à degrés multiples n'a pas pu être pourvu au 1er février - aucune candidature n'a été reçue. Par conséquent, en plus de son rôle de directrice, la directrice a assumé le rôle d'enseignante pour cette classe pendant un trimestre et a donc assumé une charge de travail supplémentaire de 60 %. A partir du 1er août suivant, le poste a pu heureusement être occupé".

"Un poste dans une classe à degrés multiples n'a pas pu être pourvu pour la nouvelle année scolaire malgré de nombreux efforts et des options très souples. Aucune candidature n'a été déposée. Grâce à notre réseau de contacts dans les écoles, nous avons appris qu'une enseignante avait terminé sa formation et ne cherchait pas de poste avant l'automne. Le poste a donc pu être pourvu au cours du deuxième trimestre - le premier trimestre a été assuré par le corps enseignant de l'école ".

" Par le passé, les cours pouvaient être annulés en cas de crise. Aujourd'hui, même lors d'une simple grippe, l'enseignant ne peut souvent être remplacé que par plusieurs personnes. Dans une petite ville à la limite du canton, des enseignants retraités, des éducateurs de la petite enfance et des auxiliaires de classe remplacent dans les écoles enfantines".

"Un enseignant fait du patin à glace avec les élèves. Il se casse le poignet lors d'une chute et s'absente pendant trois semaines. Quatre enseignants différents de l'école (dont deux n'ont aucune expérience dans le niveau concerné) peuvent assumer ce remplacement. Ce faisant, ils assument un travail supplémentaire en plus de leur charge de travail existante. Les leçons restantes seront prises en charge par un ancien collègue du village, à la retraite".

"Pour un poste à temps partiel dans le cycle 1, une seule candidature, qui plus est "valable" est reçue en réponse à une mise au concours. En fin de compte, le seul candidat peut heureusement être embauché".

"Il n'y a actuellement que 5 personnes qui ont postulé pour le poste double de directeur et d'enseignant pour l'été 2019. Parmi celles-ci, une seule candidature répond pleinement aux exigences requises".

"Dans une école rurale, un enseignant est absent pendant une période prolongée pour cause de maladie. À court terme, un enseignant à la retraite intervient, suivi de deux autres personnes. Les élèves doivent s'adapter à trois nouveaux enseignants dans un délai très court."

"En raison d'un congé maternité au cycle 3, un poste doit être pourvu. Peu avant le début de la période de remplacement, aucune solution n'est encore en vue - même pas avec le soutien de la PH Bern. Le poste à temps partiel doit alors être divisé en très petits postes. Deux nouveaux enseignants seront engagés à cette fin. L'un d'entre eux est toujours en formation et a des jours fixes où il ne peut pas enseigner. L'horaire doit être réorganisé, ce qui entraîne des changements et des ajustements pour tous les cycles (1, 2 et 3)".

"Recherche d'un remplaçant pour un enseignant en raison d'un congé de maladie au secondaire I. Pour une année. Huit personnes différentes seront engagées pour ce remplacement. L'horaire devra être ajusté cinq fois".

"Au début de l'année scolaire, des cours de soutien sont annoncés. Trois candidatures sont reçues - aucune d'entre elles ne convient. Les leçons de soutien sont enseignées en co-enseignement. Un enseignant à temps partiel (sans formation en éducation spécialisée) se met à disposition à cette fin."

"Un jeune homme, polymécanicien de formation et ayant une expérience en tant que travailleur social dans un foyer pour handicapés, accepte un emploi d'enseignant dans une classe de soutien. Il assume un travail à mi-temps et s'occupe de huit élèves".

"Une seule candidature valable pour le remplacement d'un enseignant de 7/8H  arrive. Une personne au bénéfice d'un diplôme obtenu dans une HEP d'un autre canton est engagée. Bientôt, des difficultés surgissent dans la gestion des classes. La direction de l'école augmente le tutorat et le soutien. Malgré de nombreux efforts, la situation reste difficile et partiellement insatisfaisante jusqu'à la fin de l'année scolaire. »

"Tous les enseignants ont un temps plein - personne ne peut prendre de leçons supplémentaires ou des postes qui se présentent pendant l'année scolaire. Par exemple, les leçons d'enseignement en teamteaching, les leçons Pool 2, les remplacements, etc."